Trois mois de la COP21 - interview de F.Hollande [ru]

Trois mois de la COP21 - interview de F.Hollande
JPEG
Extrait de l’interview du président de la République au groupe EBRA

A trois mois de la COP21, votre premier déplacement met en valeur l’énergie positive. Mais peut-on encore obtenir un accord international sur le climat ?
La France a une grande responsabilité. Elle doit être exemplaire et innovante, comme le sont les entreprises et les sites que je visite aujourd’hui en Isère et en Savoie. C’est l’objectif de la loi de transition énergétique portée avec ténacité par Ségolène Royal et qui va donner un coup d’accélérateur aux énergies renouvelables et à l’économie verte dans notre pays.

Un accord à Paris est vital pour la planète : les preuves des effets désastreux du réchauffement climatique sont accablantes. La France a un rôle clef à jouer car elle est capable de parler à tous les pays, d’être écoutée et de convaincre. Nous sommes en convergence avec Angela Merkel. Barack Obama a pris des engagements forts. La Chine est prête à s’impliquer. Il faut aussi démontrer aux pays émergents qu’il est possible de lutter contre le réchauffement climatique sans remettre en cause leur développement.

Pas d’écotaxe, pas de surtaxe diesel, pas de hausse des taxes sur l’électricité : par quelle fiscalité financer cet effort pour diminuer le carbone ?

Il n’est pas question de créer un impôt ou une taxe supplémentaire. La transition énergétique ne doit pas être un prétexte pour augmenter les prélèvements. Je m’y refuse. Il n’est pas question non plus que des contribuables payent pour les gaspillages et les pollutions qui ne sont pas de leur fait. En revanche, nous avons créé la contribution carbone qui s’applique à toutes les énergies fossiles (gaz, essence et charbon).

Elle sera donc payée par les consommateurs, plutôt que par les contribuables ?
Oui. Cela permet de répartir la charge par rapport aux choix de consommation de chacun.

Dernière modification : 24/08/2015

Haut de page