25 ans de relations diplomatiques [ru]

A l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Biélorussie,le 25 janvier 2017, il a été procédé, à Paris et à Minsk, à un échange simultané de lettres signées par les ministres des affaires étrangères français et biélorusse.

La France et la Biélorussie ont appelé à l’approfondissement de leurs relations, en particulier dans le domaine économique.

La France réitère son attachement aux progrès de la Biélorussie en matière de respect des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’État de droit.

Tribune de l’Ambassadeur publiée dans "Belarus sevodnia"

25 ans de relations diplomatiques entre la France et la Biélorussie

Nous célébrons cette année le 25ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la République de Biélorussie, établies au cours de la visite à Minsk, en janvier 1992, de M. Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères. Cet événement est intervenu au terme d’une séquence historique où l’effondrement du totalitarisme soviétique a conduit à la proclamation d’un nouvel État indépendant et à l’avènement de la démocratie : proclamation de l’indépendance de la Biélorussie le 27 juillet 1990 (Déclaration de souveraineté de l’État) et accords de Belovej le 8 décembre 1991. Ce sont des évènements importants de l’Histoire contemporaine. Une ère nouvelle était ouverte pour le peuple biélorusse, porteuse d’espoir, d’aspiration à la paix, à la liberté et à la prospérité.

Le peuple biélorusse a connu une histoire tourmentée, enduré bien des souffrances et payé un lourd tribut aux crimes du stalinisme. La Biélorussie est aussi l’un des pays qui a déploré le plus grand nombre de victimes lors de la seconde guerre mondiale, ce qui contribue à expliquer son profond attachement au maintien de la paix sur notre continent et son rôle actif pour la consolidation de la stabilité régionale. Je salue, à cet égard, l’action constructive qu’elle mène pour faciliter le dialogue entre les parties au conflit dans le sud-est de l’Ukraine. A un moment où de nouvelles tensions affectent la sécurité en Europe, la France ne doute pas que nos deux pays puissent contribuer à préserver et faire fructifier le climat de confiance établi après la fin de la guerre froide.

Au cours de ces 25 années, les relations entre la France et la Biélorussie ont connu des moments difficiles mais le dialogue a toujours été maintenu et il est entré dans une phase dynamique en février 2016 depuis la levée de la plupart des sanctions européennes, à la suite des mesures prises par les autorités biélorusses dans le domaine des droits de l’homme. La France se félicite de cette évolution qu’elle a fortement encouragée. Dans l’esprit de franchise qui caractérise notre relation, la France continuera d’être attentive au respect des droits de l’homme, à encourager la démocratisation, le renforcement de l’État de droit et la libre expression des choix du peuple biélorusse.

Au plan international, nos deux pays doivent unir leurs efforts pour répondre aux grands enjeux mondiaux, tels que la lutte contre le terrorisme, la protection de l’environnement et le combat contre le réchauffement climatique avec la mise en œuvre des engagements contenus dans l’Accord de Paris, entré en vigueur le 4 novembre 2016.

La Biélorussie occupe une position géographique privilégiée au cœur de l’Europe, d’où découle sa vocation naturelle à être un lieu de rencontres et d’échanges. La France entend soutenir la Biélorussie dans ses efforts de diversification de ses relations économiques et politiques. Nous poursuivrons la concertation avec les autorités biélorusses sur tous les sujets d’intérêt commun et soutiendrons les initiatives prises par l’Union Européenne dans le cadre du « Partenariat oriental », à savoir le renforcement des contacts entre personnes, la bonne gouvernance, le développement des petites et moyennes entreprises, les interconnections entre les réseaux énergétiques et de transport.

Un point toutefois est source d’insatisfaction : nos échanges économiques bilatéraux ne sont pas à la hauteur du potentiel de nos deux pays. Leur développement doit donc être un objectif prioritaire. La France, comme la Biélorussie, ont des atouts à faire valoir dans de nombreux secteurs comme ceux de l’agriculture, de l’innovation et des hautes technologies. Des opportunités existent, il faut les saisir. Mais il faut aussi s’employer à lever les obstacles au développement des coopérations industrielles, des échanges commerciaux et des flux touristiques. Nous avons institué une Commission économique mixte pour résoudre toutes ces questions et nous sommes attachés à la poursuite de ses travaux.

Une meilleure connaissance mutuelle passe aussi par des échanges directs entre les citoyens de nos deux pays et par la découverte de nos patrimoines culturels respectifs. C’est pourquoi nous continuerons à soutenir les échanges artistiques, la coopération universitaire dont le Centre franco-biélorusse d’études européennes est le fleuron, la mobilité étudiante, ainsi que l’apprentissage de la langue française.

La Biélorussie peut compter sur le soutien de la France pour l’accompagner, en respectant pleinement sa souveraineté, dans l’affirmation de son identité européenne et la réalisation de ses aspirations à la liberté et à la prospérité de son peuple.

Vive l’amitié entre la France et la Biélorussie !

Dernière modification : 05/03/2017

Haut de page